Et si les fleurs étaient essentielles?

Condamnés à fermer leurs boutiques, les fleuristes subissent de plein fouet les effets de la crise sanitaire tandis que les jardineries restent ouvertes. Une rose n’est-elle pas aussi indispensable qu’une plante verte?


La décision est sans appel. Comme les libraires, les fleuristes ont été relégués au rang des commerces non essentiels. Condamnés à fermer leurs portes. Avec, pour seul lot de consolation, l’autorisation de vendre quelques bouquets, jusqu’au 1er novembre, pour fleurir les sépultures de nos défunts. «Comme si notre métier se résumait à écouler des chrysanthèmes», ironisait avec nous un fleuriste parisien en début de semaine.


Aujourd’hui, c’est toute la profession qui est à terre. Sans voix devant ce non-sens. D’un côté, les fleuristes sont contraints d’arrêter provisoirement leur activité, de l’autre les jardineries restent ouvertes. Une rose n’est-elle pas aussi indispensable qu’une plante verte? À quel titre peut-on décréter qu’un bouquet de fleurs n’est pas essentiel? À la vie, au bien-être?


Nous sommes en train de détruire l’ADN de la France. La place du village et tous ses petits commerçants

Source : https://www.lefigaro.fr/jardin/et-si-les-fleurs-etaient-essentielles-20201105

Ma boutique

AVEC ACCES PARKING

7 rue jarjaïe
13460 Saintes Maries de la mer

Tel: 04.90.97.85.88

  • Facebook
Contactez-moi
arrow&v
arrow&v

© 2020 Christi'flor par print and web camargue